Lipides et Santé : analyse bibliométrique des données scientifiques publiées en 2019

La nutrition est reconnue aujourd’hui comme étant un déterminant de santé important, soit en tant que facteur de risque, soit en tant qu’élément protecteur vis-à-vis de différentes pathologies, enjeux majeurs de santé publique : maladies cardiovasculaires, diabète, obésité, certains cancers, maladies neurodégénératives, etc.

Dans ce contexte, les industriels français de l’agroalimentaire sont encouragés par les pouvoirs publics à participer à l’amélioration de l’offre alimentaire en proposant des produits sains et équilibrés qui tiennent compte de la réalité de l’état nutritionnel de la population, en lien avec les enjeux du Programme national nutrition santé (PNNS).

La valorisation des lipides en tant que nutriments d’intérêt pour la santé représente donc un réel enjeu économique et un intérêt majeur pour les industriels du secteur des corps gras.

Dans le cadre de leur démarche d’innovation, ces industriels sollicitent l’ITERG pour être tenus informés des avancées des connaissances scientifiques sur les effets santé des lipides.

A ce titre,  l’Equipe Nutrition – Santé & Biochimie des Lipides d’ITERG, avec le soutien de la Cellule Veille Information & Communication, diffuse une veille de ces nouvelles connaissances, centrée sur différentes thématiques santé1 et différents nutriments lipidiques et liposolubles2 d’intérêt pour les industriels du secteur des corps gras

Ainsi, pour l’année 2019, ce sont près de 3 600 publications qui sont parues en lien avec les différents mots clés suivis.

Tous nutriments confondus (fig. 1), la majorité d’entre elles ont traité de l’obésité, du diabète et du syndrome métabolique (42% des publications) ainsi que du cancer (19% des publications). Les maladies cardiovasculaires ont représenté 13% des publications, le cerveau et le microbiote intestinal 10% chacun. Enfin, l’immunité a totalisé 6% des publications.

Toutes thématiques santé confondues (fig. 2), la vitamine D et les acides gras oméga-3 sont les nutriments qui ont été les plus référencés sur l’année 2019 avec respectivement 405 et 397 publications, loin devant les autres nutriments suivis (exception faite du terme générique « lipides » qui représente à lui seul près de 1 800 publications).

Sur la base de cette analyse bibliométrique, 372 références bibliographiques ont été sélectionnées afin d’évaluer les effets santé mis en avant par ces publications.

La figure 3 présente la répartition de ces références selon les effets santé, exception faite de la vitamine E et du coenzyme Q10 qui totalisent à eux seuls moins de 10% des références sélectionnées.

Figure 3 : répartition des publications sélectionnées sur l’année 2019 selon leurs effets santé
(+) : articles mettant en évidence des effets ou relations favorables ; (N) : articles ne mettant pas en évidence d’effets ou de relations.

A titre d’exemple, toutes thématiques santé confondues, 99 publications parmi les références sélectionnées ont concerné les acides gras oméga-3 : seuls 20% d’entre elles ont rapporté des effets positifs, les 80% restants n’ayant pas mis en évidence d’effet significatif.

L’absence d’effet ne remet cependant pas en cause le lien entre ces nutriments et la santé mais démontre la complexité de leur mode d’action ainsi que l’impact du contexte expérimental de chacune de ces études sur les résultats observés.

Le bilan de ce travail de veille témoigne de la nécessité de poursuivre les études nutritionnelles pour mieux cerner l’impact de chacun des nutriments lipidiques et liposolubles d’intérêt sur la santé, en tenant compte de leurs niveaux d’apports, seuls ou en association avec d’autres nutriments, ainsi que des statuts nutritionnel et physiologique du consommateur.

Concernant la question plus précise des acides gras oméga-3, les travaux portant sur l’acide alpha-linolénique sont encore trop peu nombreux4, attestant de la nécessité de poursuivre les travaux de recherche valorisant les huiles végétales vis-à-vis de la santé humaine, à l’instar des projets menés par l’ITERG et ses partenaires.

1 Maladies cardiovasculaires, obésité, syndrome métabolique et diabète, développement cérébral, fonctionnement du cerveau chez l’adulte et le sujet âgé, microbiote intestinal, cancer, immunité.

2 Acides gras oméga-3 et oméga-6, régime méditerranéen et huile d’olive, vitamines D et E, polyphénols, coenzyme Q10 (CoQ10).

3 L’analyse bibliométrique est réalisée via la base PubMed et le logiciel INTELLIXIR. Selon cette analyse, un même article peut traiter de différents nutriments lipidiques et de différents effets sur la santé.

4 Quel que soit l’effet santé, les publications traitant des acides gras oméga-3 d’origine marine (EPA, DHA) sont majoritaires (au moins 2/3 des publications) par rapport à celles traitant de l’acide alpha-linolénique, précurseur des acides gras oméga-3 d’origine végétale et retrouvé majoritairement dans les huiles de colza et de noix par exemple.

 

Abonnez-vous à notre Newsletter !

Abonnez-vous à notre Newsletter !

Recevez ainsi toutes nos dernières actualités.

Votre inscription a bien été prise en compte