Détermination expérimentale des facteurs de transfert des pesticides lors de l’extraction des huiles de graines

Lipides, huile, graine, analyse, pesticide, facteur de transfert

Nouvelle publication parue dans Food Additive and Contaminants A, 2020 : « Experimental determination of pesticide processing factors during extraction of seed oils « .

Les facteurs de transfert (PF) reflètent la concentration ou la dilution des résidus de pesticides résultant de la transformation des aliments. Ce sont des éléments clés pour démontrer la conformité des aliments transformés avec les limites maximales de résidus (LMR) fixées par le règlement 396/2005. Bien que l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) et les autorités nationales se soient efforcées de compiler les facteurs de transfert à partir des études de transformation, ces facteurs ne sont pas disponibles pour toutes les combinaisons de pesticides/produits transformés.

FEDIOL a donc développé une approche théorique pour se rapprocher des LMR dans les huiles et graisses végétales brutes, basée sur le coefficient de partage (log Pow) des pesticides et sur la teneur en huile des matières premières.
Pour étayer cette approche, une étude de transfert à l’échelle pilote a été lancée avec du colza enrichi de pesticides sélectionnés et les facteurs de transfert de ces pesticides ont été déterminés.

Les objectifs de cette étude étaient (i) d’étudier la fiabilité des conditions à l’échelle pilote pour la détermination des facteurs de transfert et (ii) d’évaluer les facteurs expérimentaux obtenus par rapport aux facteurs théoriques proposés par FEDIOL. Cette étude a démontré que les rendements de production obtenus pour l’huile brute et les tourteaux dans cette étude de transformation sont similaires à ceux des procédés industriels, même si des différences ont été observées dans les différentes étapes de production (étapes d’extraction mécanique ou par solvant).

Les facteurs obtenus ont confirmé que les pesticides liposolubles choisis se concentraient effectivement dans l’huile. Pour le métalaxyl-M ayant un log Pow inférieur à 3, une répartition entre l’huile et le tourteau a été observée, comme prévu. En comparant les facteurs de transfert expérimentaux et les facteurs théoriques, on peut conclure que l’approche FEDIOL peut être recommandée comme un outil approprié lorsque les facteurs de transfert dérivés d’études de traitement spécifiques font défaut. Des études similaires sur les pesticides avec des gammes plus larges de log Pow sont nécessaires pour compléter nos conclusions sur les facteurs de transfert par défaut pour les huiles végétales.

—————-

Auteurs : F. Lacoste 1, P. Carré2, S. Dauguet 3, S. Petisca4, F. Campos5,  D. Ribera6, J. Roïz7

1/ ITERG, Canéjan, France

2/ OLEAD, Canéjan, France

3/ Terres Inovia, Canéjan, France

4/ Bunge, Bruxelles, Belgique

5/ Archer Daniels Midland Company, Hambourg, Allemagne

6/ Cargill, Vilvoorde, Belgique

7/ FEDIOL, Bruxelles, Belgique

DOI: 10.1080/19440049.2020.1778188

 
Abonnez-vous à notre Newsletter !

Abonnez-vous à notre Newsletter !

Recevez ainsi toutes nos dernières actualités.

Votre inscription a bien été prise en compte