À propos de l’usage des solvants pour la préparation d’huiles végétales destinées aux produits cosmétiques sous référentiel COSMOS

Lipides, Huiles, Protéines, Extraction, Cosmétique, COSMOS

Nouvelle publication parue dans OCL, 2021 : « About solvents used in the preparation of oils for cosmetic products complying with the Cosmos standard »

Résumé

Les solvants ont une mauvaise réputation dans le monde des cosmétiques, du moins en ce qui concerne la production d’huiles végétales de spécialité. Pour se passer de ces solvants, l’industrie cosmétique a tendance à n’utiliser que des huiles produites mécaniquement. Il existe néanmoins une gamme de graines pour lesquelles l’extraction mécanique n’est pas satisfaisante. C’est le cas de graines rares, chères et pauvres en huile pour lesquelles le pressage ne donne pas de bons rendements, et aboutit à des coûts de production élevés. Il peut également s’agir de graines dures qui ne peuvent être pressées sans provoquer un échauffement intense dans les presses qui affecte la qualité des huiles.

 

Notre laboratoire a travaillé ces dernières années au développement de techniques d’extraction à l’éthanol et au solvant EcoXtract® (2-méthyloxolane) afin de fournir aux professionnels des méthodes de production compatibles avec le référentiel COSMOS. L’éthanol n’est pas un bon solvant des huiles, surtout en présence d’eau à basse température. Cet inconvénient peut être tourné en avantage afin de récupérer l’huile sans distillation du solvant par décantation à froid. L’extraction se fait à chaud et la récupération de l’huile par refroidissement du miscella saturé pour précipiter de la phase lipidique. 
Ce procédé permet de limiter la consommation d’énergie nécessaire à la récupération de l’huile et à la régénération du solvant. Le grand avantage pour l’huile destinée au marché des cosmétiques est que l’éthanol a un meilleur pouvoir solvant pour les lipides polaires par rapport à l’hexane et à l’extraction mécanique. Il est possible de fractionner l’extrait lipidique en lipides neutres et lipides polaires en jouant sur la température de précipitation ou par distillation partielle. Au stade du raffinage, il est également possible de désacidifier et d’éliminer les contaminants de l’huile brute par extraction liquide-liquide avec de l’éthanol. Nous avons récemment obtenu des résultats intéressants en réduisant la concentration en phtalates des huiles de noix de 90 %.

La suite

—————-

Auteur : P. Carré1

1/ ITERG, Canéjan, France

https://doi.org/10.1051/ocl/2021003

 
Abonnez-vous à notre Newsletter !

Abonnez-vous à notre Newsletter !

Recevez ainsi toutes nos dernières actualités.

Votre inscription a bien été prise en compte